Quatre événements

du festival Sigma : le cirque Aligre (Sigma 17), la Fura dels Baus (Sigma 22), le cirque Archaos (Sigma 25), le Living Theatre (Sigma 3).
Soit, quatre dispositifs.
Et donc quatre modélisations 3D en noir et blanc.
Et puis quatre occupations de couleur.
Puisque quatre masses différentes de spectateurs.

Quatre Évènements

Ce qui est occupable.

Il est question de donner une consistance et de matérialiser un espace qui serait occupé.

En fait, il s’agit de différencier la surface du flux.

Il n’est, en aucun cas question de penser le mouvement de la masse "spectateur", mais bien, de penser la place qu’il occupe dans l’espace dans lequel on l’a convié.
Elle s’incarne par l’apparition et l’évanouissement d’une zone de couleur qui s’érige et prend de l’importance comme une combustion.
En ce sens, les spectateurs changent de couleur en fonction du dispositif.

Le volume de cette masse est ici une étendue. Tout notre intérêt se porte sur la superficie occupée par l’envahissement de la masse de spectateur.

La masse se fond dans le dispositif au même titre qu’elle en révèle son architecture.

Ces masses ne se déplacent pas mais apparaissent et disparaissent, séjournent dans un intervalle entre absorption et inondation. Non, plutôt diffusion.

Ce qui se diffuse est ce qui entretient un lien étroit avec l’idée de quantité. Et c’est bien la quantité de chaleur présente en chacun et amplifiée par la masse qui apparait et enfle, emplit et accapare un espace pensé ici comme aire en même temps que sphère.
Peut être que ces masses atmosphériques de spectateurs ne sont plus planifiées par l’auteur du dispositif mais se répandent à son insu. Comme lorsqu’un évènement climatique se développe de manière inattendue et dont on ne parvient plus à saisir l’origine. La force du mouvement finit par nous envelopper voire nous dépasser.

Coraline Guilbeau
Réalisé dans le cadre du laboratoire de recherche « Dispositifs scénographiques, la place du spectateur »
EBABX/ École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux